Les crises font voler en éclat l’ordre établi. Elles agissent comme des révélateurs : les imposteurs sont démasqués. Les incompétences, imprévisions, manques, décisions prises au détriment de l’intérêt collectif, luttes de pouvoir, appât du gain, … apparaissent au grand jour, ainsi que les dissensions entre décideurs et les jalousies.

 

Quand les leaders ne sont pas taillés pour faire face, ils sont vite déboussolés, incapables de gérer la complexité. Ils manquent de vision large et globale. Ils ne savent pas repérer les talents sur lesquels ils pourraient s’appuyer. Ils prennent des décisions sans mesurer les conséquences qu’elles génèrent. Leurs décisions, mal pensées, ne font qu’amplifier la crise. Ils perdent toute crédibilité. Un climat de défiance, de peur (parfois irrationnelles) et de suspicion règne.

Pour les multipotentiels, c’est un moment stratégique à saisir. Ils ont toutes les qualités (capacité à avoir une vision, à penser out of the box, à détecter les talents, à avoir de l’intuition, de l’énergie ; l’aptitude à saisir les situations dans leur complexité, à agir dans l’urgence, à trouver rapidement les failles des systèmes pour mettre en place des solutions originales et inventives, à prendre des risques et de réussir. …) pour sauver les situations les plus désespérées.

A craindre: le retour des technocrates, passée la crise – Savoir se rendre indispensable
Une fois le danger passé, ils devront déployer leur sens politique et leur assertivité pour se rendre indispensables et incontournables, s’ils veulent recevoir les fruits de leurs efforts. en effet, les « technocrates » (cf. travaux de l’économiste canadienne Patricia Pitcher), chercheront très vite à reprendre le pouvoir jusqu’à l’apparition de la prochaine crise.

Quelques exemples:
Ce sont souvent les circonstances difficiles qui font émerger les multipotentiels atypiques, comme durant la 2nde guerre mondiale. Parmi eux se trouvent d’excellents leaders hors normes et charismatiques, comme Churchill / Lord Mountbatten ou de Gaulle / Jean Moulin. D’autres seront plutôt des inventeurs plus solitaires, comme Alan Turing, pionnier de l’informatique.