Les hauts potentiels de demain devront être innovants et visionnaires

Par Myriam OGIER

Les multipotentiels atypiques

La sélection des hauts potentiels va devoir évoluer sous l’influence du monde VUCA (Volatilité, Incertitude, Complexité & Ambigüité). Les entreprises devraient être amenées à rechercher des profils plus innovants, adaptables et agiles, moins dans la norme; des personnes non seulement compétentes techniquement mais avec un bon relationnel, un bon niveau d’intelligence émotionnelle, innovantes et visionnaires. Aussi, le fait d’avoir fait une grande école ne devrait plus être l’alpha et l’oméga de la réussite. Il n’y a qu’à regarder parmi ceux qui ont réussi remarquablement ces dernières années et ont parfois amassé des fortunes, un certain nombre n’ont pas fait d’études, mais ont su exploiter des idées novatrices et bien s’entourer pour les faire fructifier.

Pour lire la suite, cliquer sur: Les talents de demain devront être innovants et visionnaires

La gestion des talents dans les entreprises françaises : des modes d’évaluation à revoir

Par Myriam OGIER

Le papillon par Lizadie TASTE

La gestion des talents dans les entreprises françaises a fait l’objet d’une nouvelle édition du baromètre de CornerStone et du cabinet Féfaur (1). Il ressort une certaine obsolescence des critères de sélection des talents et des hauts potentiels.

Pour lire la suite. cliquez sur : Les talents de l’entreprise de demain


SUBTERFUGE – Le maquillage rend-il les femmes plus compétentes ?

De gauche à droite : visage non maquillé, maquillage naturel, professionnel et glamour (“New York Times”)

On sait depuis longtemps que les visages symétriques sont perçus comme plus avenants. Pour une raison ou pour une autre, les gens supposent que les personnes agréables physiquement sont naturellement bonnes et intelligentes. Une nouvelle étude révèle que les femmes qui se maquillent sont perçues comme plus sympathiques, plus compétentes et plus fiables.

Cette étude, dont le New York Times se fait l’écho, a été commandée par Procter & Gamble, un vendeur de cosmétiques, souligne le quotidien. Mais elle a été menée par des scientifiques reconnus et indépendants, comme Nancy Etcoff, professeure de psychologie à l’université Harvard, et a été publiée dans un journal scientifique.

Vingt-cinq femmes d’origines diverses ont été prises en photo sans maquillage, puis avec un maquillage “naturel”, “professionnel” et “glamour”. On leur a interdit de se regarder, afin que leur perception d’elles-mêmes n’influe pas sur les observateurs.

149 adultes (dont 61 hommes) ont regardé chaque photo pendant 250 millisecondes, le temps nécessaire pour s’en faire un rapide jugement. 119 autres (dont 30 hommes) ont ensuite regardé les mêmes photos aussi longtemps qu’ils le souhaitaient. Dans les deux cas, les observateurs ont jugé que les femmes maquillées – ou pour être plus précis celles dont le contraste entre les yeux, les lèvres et la peau était le plus marqué – semblaient plus compétentes.

Une seule différence entre les deux expériences, mais elle est d’importance : les observateurs qui ont pu passer le temps qu’ils voulaient devant chaque visage sont moins emballés par le maquillage “glamour”. Ils jugent ces femmes moins fiables que celles sans maquillage. Mais toujours plus compétentes…

18/10/2011