Rebondir après un échec

Prendre des risques pour réussirPour faciliter et accélérer un redémarrage après une épreuve, des attitudes et des aptitudes sont utiles, voire indispensables: reconnaître l’échec, se remettre en cause, relativiser la situation, assumer sa part de responsabilité, faire son deuil, utiliser l’effet temps,  redémarrer si besoin ailleurs… voici un extrait de mon livre sur la question. Lire la suite

Churchill et Mounbatten

Si vous êtes à la recherche de personnages pouvant incarner la capacité à prendre des risques et à rebondir après un échec et de penser autrement, lisez les biographies de Winston Churchill et de Lord Mounbatten de l’historien François Kersaudy. c’est tout à fait passionnant. Churchill disait : “le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme”… Cette personnalité si singulière a su faire preuve d’une force, d’un courage, d’une ténacité et d’une créativité hors du commun. Un exemple archétypal du surdoué cerveau droit.
Vous pouvez aussi vous plonger dans la biographie du même auteur, celle de Lord Mounbatten qui a su tirer des enseignements du terrible échec du débarquement de Dieppe pour préparer remarquablement celui de Normandie.

 

Accepter l’échec, un défi pour les entrepreneurs européens

Je vous recommande le dossier du journal Les Echos qui souligne le tabou de l’échec, ce qui constitue un obstacle à l’innovation et lie cette difficulté à notre éducation. Exactement les mêmes liens que j’ai pu développer dans mon livre “Prendre des risques pour réussir”

Un Français met en moyenne huit à neuf ans pour se relever après un échec professionnel.

En France, l’échec professionnel reste un tabou, ce qui constitue un frein à l’innovation et à la création d’entreprise. Certains pointent du doigt un système éducatif culpabilisant. Lire la suite