Les hauts potentiels de demain devront être innovants et visionnaires

Par Myriam OGIER

Les multipotentiels atypiques

La sélection des hauts potentiels va devoir évoluer sous l’influence du monde VUCA (Volatilité, Incertitude, Complexité & Ambigüité). Les entreprises devraient être amenées à rechercher des profils plus innovants, adaptables et agiles, moins dans la norme; des personnes non seulement compétentes techniquement mais avec un bon relationnel, un bon niveau d’intelligence émotionnelle, innovantes et visionnaires. Aussi, le fait d’avoir fait une grande école ne devrait plus être l’alpha et l’oméga de la réussite. Il n’y a qu’à regarder parmi ceux qui ont réussi remarquablement ces dernières années et ont parfois amassé des fortunes, un certain nombre n’ont pas fait d’études, mais ont su exploiter des idées novatrices et bien s’entourer pour les faire fructifier.

Pour lire la suite, cliquer sur: Les talents de demain devront être innovants et visionnaires

La gestion des talents dans les entreprises françaises : des modes d’évaluation à revoir

Par Myriam OGIER

Le papillon par Lizadie TASTE

La gestion des talents dans les entreprises françaises a fait l’objet d’une nouvelle édition du baromètre de CornerStone et du cabinet Féfaur (1). Il ressort une certaine obsolescence des critères de sélection des talents et des hauts potentiels.

Pour lire la suite. cliquez sur : Les talents de l’entreprise de demain


Bore-out : quand l’ennui au travail rend malade

Paru dans le magazine Psychologies

S’ennuyer à mourir. Une expression pleine de sens pour de nombreux salariés qui n’ont pas, ou peu, de choses à faire au travail. Fatigue, déprime, baisse de l’estime de soi…  attention au bore-out ! Passer ses journées à « tuer le temps » serait aussi mauvais pour la santé que trop travailler. Être payé à ne rien faire, un rêve ? Pas si sûr…

Passer son temps à regarder l’heure défiler, faire durer ses pauses café, naviguer sur Internet sans but précis… Nous avons tous été confrontés, au moins une fois, à ces situations lors d’un creux d’activité au travail. Mais, pour certains, l’ennui est quotidien et peut vite devenir insupportable. Anxiété, fatigue, déprime… Le bore-out est proche.

L’ennui au travail toucherait 32% des salariés européens. Ceux-ci ont indiqué passer au moins deux heures, si ce n’est toute la journée, à ne rien faire. Telles sont les conclusions d’une étude Steptone, réalisée en 2008, portant sur 11 238 personnes venant de 7 pays européens. Lire la suite